Bien qu’incontournable, le MDM ne suffit pas, seul, à adresser l’ensemble des problématiques liées à la gestion de la mobilité en entreprise. Les acteurs du marché ont donc développé un ensemble de solutions complémentaires, permettant de couvrir l’ensemble des besoins des organisations en la matière.

———————————————————————————————————————————————————————–

Le BYOD (Bring Your Own Device) consiste, pour les employés d’une organisation, à utiliser leurs équipements numériques personnels (ordinateur portable, téléphone, tablette…) pour leur activité professionnelle. Apparue au début des années 2000, cette pratique a largement démontré ses avantages, pour les employés comme pour les entreprises. Mais elle est également porteuse de nombreuses incertitudes, en particulier pour les DSI qui doivent parvenir à encadrer et sécuriser des usages qui tendent à échapper à leur contrôle.

Quelle place le BYOD occupe-t-il aujourd’hui dans les entreprises françaises ? Quels bénéfices celles-ci peuvent-elles en attendre ? Et surtout, quelles stratégies et quels dispositifs doivent-elle adopter pour en maîtriser l’usage ?

Après avoir fait un état des lieux des grandes tendances du BYOD en France, et identifier les facteurs clés pour encadrer efficacement la mise en œuvre du BYOD en entreprise, nous nous pencherons aujourd’hui sur les solutions de gestion de la mobilité disponibles pour garantir l’exploitation optimale d’un parc mobile hétérogène.

———————————————————————————————————————————————————————–

MDM : incontournable mais insuffisant

Comme nous l’avons vu précédemment, la mise en œuvre d’une solution de MDM (Mobile Device Management) permet à la DSI de maîtriser le niveau de sécurité des différents terminaux mobiles de l’organisation, grâce notamment au déploiement de pare-feu et d’antivirus, et à une politique d’authentification renforcée. Si elles s’avèrent essentielles pour encadrer a minima l’usage du BYOD en entreprise, les solutions de MDM ne couvent toutefois pas l’ensemble des besoins, que ce soit, par exemple, en matière de sécurité ou de gestion des applications.

S’agissant de la sécurité, les fonctionnalités d’effacement à distance du MDM, qui permettent de contenir les risques liés à la perte ou au vol d’un terminal, sont inappropriées dans le cadre du BYOD – puisque le terminal étant la propriété de l’utilisateur, il contient de fait des données privées que l’entreprise n’a pas le droit de compromettre.

C’est pourtant là l’un des enjeux majeurs du BYOD : concilier la nécessité, pour la DSI,  de contrôler la sécurité des données sensibles de l’entreprises sur tous les terminaux de son parc mobile, et pour l’utilisateur, d’assurer la confidentialité et l’intégrité des ses propres données personnelles stockées sur son appareil.

Diviser pour mieux régner, avec les containers

Les solutions de gestion des terminaux mobiles se sont ainsi enrichies d’une fonctionnalité de « container » qui consiste à isoler, sur les terminaux mobiles ciblés, une sphère d’usage professionnel, contrôlée par la brique MDM, et une sphère d’usage personnel. Ce principe de cloisonnement permet à l’entreprise de stocker, chiffrer et superviser la distribution et l’utilisation des données de l’organisation sur l’appareil mobile des collaborateurs, sans pour autant impacter les informations privée qui s’y trouvent.

La question du déploiement et de l’exploitation des applications métiers est également critique : comment s’assurer que la bonne application est accessible au bon collaborateur, sur le bon terminal ? En tenant compte, bien entendu, du large éventail d’appareils qui constitue le parc BYOD de l’entreprise. Là encore, une solution de MDM seule ne suffit pas à adresser ces problématiques.

L’approche EMM : pour une gestion de bout en bout de la mobilité en entreprise

Les constructeurs et éditeurs de solutions mobiles ont progressivement développé un ensemble d’outils complémentaires, permettant de renforcer le contrôle des organisations sur leur parc mobile. Ils sont ainsi de plus en plus nombreux à proposer des suites intégrées permettant de couvrir l’ensemble des besoins des entreprises en matière de gestion de la mobilité. Blackberry, Cisco, SAP, IBM, SOTI, Citrix, VMware AirWatch ou encore MobileIron sont parmi les leaders des solutions d’EMM aujourd’hui disponibles sur le marché, reconnues dans le Magic Quadrant de Gartner.

Ces suites couvrent ainsi non seulement la gestion et l’inventaire des terminaux (hardware) une gestion des applications et des contenus, mais aussi la gestion des applications et des contenus, le déploiement d’applications mobiles, ou encore le contrôle à distance.

Là où le MDM se concentre sur la gestion des appareils, le MAM (Mobile Application Management) vise, par exemple, à contrôler la manière dont chaque utilisateur peut ou non accéder à une application. Le MIM (Mobile Information Management), quant à lui, permet de garantir que les données de l’entreprise ne soient accessibles et partageables que par les seules applications approuvées, sur des terminaux approuvés, dans un contexte réseau approuvé. C’est la combinaison de l’ensemble des ces solutions que l’on appelle l’EMM (Enterprise Mobile Management), et qui permet une gestion de bout en bout de la mobilité en entreprise.

Reste toutefois à déterminer, pour chaque organisation, et en fonction de sa maturité sur le sujet, la solution la plus adaptée, et la meilleure stratégie d’implémentation à mettre en œuvre.

Partagez cet articleShare on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn20Email this to someone
Recevez par mail les articles et actualités AuCoeurdesMétiersJe m'inscris à la newsletter