En 2014, l’ONU classait la France première nation européenne et quatrième mondiale en termes d’e-gouvernement, et même championne en matière de services grâce au portail service-public.fr. Mais ce n’est pas le seul point fort du pays : les initiatives de maillage numérique du territoire pour rapprocher les services publics des citoyens se multiplient, particulièrement en matière d’infrastructure.

Services publics et territoires : du creux de la vague…

Tout au long de la seconde moitié du XXè siècle, l’exode rural a fait son œuvre en France : les campagnes se sont vidées de leur sang neuf, en recherche d’activité dans des villes plus ou moins grandes. Naturellement, les services publics qui maillaient précédemment le territoire se sont peu à peu réduits, jusqu’à quasiment disparaître.

Mais depuis le début des années 2000, ceux que l’on appelle désormais les “néo-ruraux” réinvestissement les campagnes. Mais, si leur choix est souvent motivé par une qualité de vie qu’ils ne trouvent pas en ville, ces nouveaux venus n’en restent pas moins exigeants en matière de services de proximité, et notamment de services publics.

… au numérique !

Mais au XXIè siècle, on ne pense pas les services publics comme autrefois. Grâce au numérique, les services publics territoriaux se ré-inventent au travers de nombreuses initiatives. Sous 2 approches distinctes, mais parfaitement complémentaires. Tout d’abord, les services publics digitaux : accessibles à tous depuis n’importe quel poste relié à Internet, ils impliquent néanmoins le développement des réseaux et la réduction de la “fracture numérique”. C’est tout l’objet de la mission Très Haut Débit lancée en 2012.

En parallèle, et notamment sous l’impulsion de la DATAR (Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale), une approche de mutualisation des services publics de proximité est également en cours de déploiement. Prenant la forme d’espaces multi-services, au sein de services publics existants (bureaux de Poste, gares SCNF…) ou de commerces de proximité.

Outre des formations spécifiques de ce nouveau type d’agent d’accueil (public ou privé) multi-casquettes, cette approche implique une nouvelle fois le développement des réseaux, mais également l’installation de nouvelles infrastructures, telles, par exemple, des bornes interactives permettant l’accès aux autres opérateurs publics depuis ces espaces.

L’Agence du Numérique : une impulsion nationale

Pour accélérer le mouvement et poursuivre la réduction de cette fameuse fracture numérique, la France s’est dotée, début 2015, d’une Agence du Numérique.  Réunissant la mission Très haut débit, la délégation aux usages de l’internet (DUI) et la mission French Tech, l’Agence du Numérique a été pensée dans une logique transverse, associant infrastructures, usages et écosystème économique.

Une initiative numérique globale qui devrait rapidement permettre à l’ensemble des acteurs économiques de participer au développement de la “nouvelle ruralité”, et aux “néo-ruraux” de profiter des mêmes avantages que leurs homologues urbains, services publics y compris.

Recevez par mail les articles et actualités AuCoeurdesMétiersJe m'inscris à la newsletter
preloader