De nombreuses entreprises sont encore prises en étau entre, d’un côté leur nécessaire transition numérique, de l’autre la réalité de leurs pratiques. Les universités d’entreprises peuvent aider à relever ce défi.  Mais elles doivent pour cela elles aussi se transformer, en tirant parti des opportunités d’innovation offertes par le digital.

Apparues en France il y a une trentaine d’années, les universités d’entreprise ont pour vocation d’accompagner les évolutions des métiers et des modèles d’organisation, via une offre de formation interne proposée aux collaborateurs. Elles permettent à la fois de transmettre et d’entretenir les valeurs d’une entreprise, tout en animant le parcours professionnel de ses salariés. On compterait aujourd’hui une centaine d’universités d’entreprise en France, pour environ 4 000 dans le monde.

Vers la transformation digitale des universités d’entreprise

L’omniprésence galopante du numérique dans nos sociétés modernes impacte l’ensemble des sphères d’activités. Dans l’entreprise, elle redéfinit les organisations, les outils, les stratégies mais aussi les valeurs et les métiers. Dans ce contexte, les universités d’entreprise s’affichent à la fois comme un vecteur et un réceptacle essentiels de cette transformation digitale.

Comme un vecteur, parce qu’elles peuvent former les collaborateurs à de nouveaux usages et de nouvelles méthodologies induites par l’entrée des nouvelles technologies dans l’entreprise et ses métiers. Comme un réceptacle, parce que ces mêmes technologies permettent d’enrichir considérablement leur offre de formations tout en réduisant leur coût.

Plus innovantes, plus interactives et plus accessibles, les formations en ligne sont en effet également beaucoup moins coûteuses pour l’entreprise que les formations traditionnelles en présentiel, le coût marginal des services digitaux tendant vers zéro. Elles favoriseraient également l’autonomie des collaborateurs et développeraient leur capacité d’initiative, en étant accessibles partout, tout le temps, par tous.

Mais il faut, pour cela, savoir tirer parti des bons outils et des bonnes stratégies, afin que la digitalisation de l’université d’entreprise ne soit pas une fin en soi, mais un véritable levier de performance, de fidélisation et de compétitivité.

5 éléments clés pour une université digitale efficace

  1. Personnaliser l’offre de formation

L’efficacité d’une université digitale, à l’instar de n’importe quelle autre structure de formation, passe d’abord par sa capacité à proposer une offre à forte valeur ajoutée. Le numérique, via les cours en ligne et l’e-learning, permettent d’individualiser cette offre de formation, afin de mieux répondre aux besoins et intérêts de chaque collaborateur, au moment le plus opportun.

  1. Diversifier les supports

De fait, les universités digitales peuvent s’affranchir des structures rigides de formation en présentiel. L’ordinateur et – de façon croissante – la tablette deviennent des médias privilégiés, auxquels les ressources et les supports doivent être adaptés. Les présentations figées et « magistrales » laissent place aujourd’hui à la collaboration et à la créativité, sur des supports de plus en plus diversifiés, interactifs et mobiles, que l’entreprise aura tout intérêt à mettre à disposition de ses salariés.

  1. Anticiper la « fracture numérique »

Bien qu’elles tendent à se réduire, la fracture numérique n’en reste pas moins une réalité, en entreprise comme ailleurs. La transformation digitale de l’université d’entreprise doit donc s’accompagner d’une véritable conduite du changement auprès des collaborateurs, afin que le niveau d’appétence de chacun pour les nouvelles technologies ne constitue ni un frein ni un facteur d’exclusion.

  1. Développer les outils de collaboration

L’une des vocations de l’université d’entreprise est de favoriser la collaboration et le partage de connaissances au sein de l’entreprise. Plateformes collaboratives et autres réseaux sociaux d’entreprise fleurissent depuis quelques années au sein des organisations. Ce sont des outils intéressants, qui permettent de capitaliser sur les savoirs acquis en formation. A condition qu’ils soient pris au sérieux, animés, promus et performants.

  1. Garantir les performances techniques

SI l’université digitale s’affranchit de contraintes spatiales et temporelles, elle repose en revanche sur la performance de l’infrastructure technique qui la supporte. Ressources, supports, terminaux, réseaux… : au-delà de l’offre de cours et de sa promotion, l’entreprise doit s’assurer de la disponibilité, de l’accessibilité et des performances de ses formations en ligne. Qui, pour être efficaces auprès de collaborateurs souvent peu disponibles, gagnent à être courtes et rapides.

  1. Suivre et évaluer les acquis

Dernier élément, souvent sous-estimé, voire oublié : le retour d’expérience. Autrement dit, le suivi des acquis, des progrès et des évolutions des salariés ayant profité d’une ou plusieurs formations. Ce n’est qu’en en évaluant l’impact que l’entreprise peut par la suite ajuster son offre et ses outils de formations, enrichir son parc matériel, optimiser ses infrastructures, etc.

L’objectif étant de construire une offre de formation adaptée, tant dans le fond que dans la forme, aux besoins et aux contraintes des collaborateurs, mais aussi aux ambitions de l’entreprise.

Partagez cet articleShare on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn39Email this to someone
Recevez par mail les articles et actualités AuCoeurdesMétiersJe m'inscris à la newsletter