Les nouveaux usages mobiles du grand public façonnent la transformation digitale dans l’entreprise. Le défi est de taille, il consiste à répondre aux besoins des collaborateurs pour qui l’information doit rester à portée de main, en permanence. La mobilité est plurielle, ses formats et ses canaux sont variés et avec elle, c’est toute l’organisation qui bouge.   

 

Don de mobiquité

Nous sommes bel et bien entrés de plain-pied dans une nouvelle ère, ouverte, collaborative et horizontale. Même si c’est plutôt au bout des doigts que tout se joue. La transition digitale est en effet entre les mains des clients, des utilisateurs, des collaborateurs, tous consommateurs de nouvelles technologies et fervents adeptes de smartphones et tablettes. Dans l’ère de la mobiquité qui marie mobilité et ubiquité, la sphère privée et l’espace professionnel se mêlent, s’interpénètrent et se confondent de plus en plus. Alors que l’équipement personnel autorise les communications privées au bureau, l’accès au Cloud de l’entreprise favorise le travail à domicile.

 

Les nouveaux territoires de la mobilité

Cette utilisation multi-devices a créé un nouveau besoin : l’ATAWADAC pour « Any Time, AnyWhere, Any Device, Any Content ». Derrière l’acronyme se cache un concept aux consonnances de chef indien en quête de liberté et de nouveaux territoires. A l’image de ces espaces que l’entreprise est amenée à explorer, parfois même au-delà de son métier.

 

Fini le temps où le matériel dictait les besoins et les usages de l’utilisateur. C’est la machine et les devices qui doivent aujourd’hui s’adapter à l’expérience client. Du côté des retailers par exemple, la mobilité inspire des stratégies omnicanales qui passent par l’intégration des canaux électroniques et physiques dans un mix d’approches qui va du « web-au-store » et au « store-to-home ». Avec un pari : aller toujours plus loin dans la contextualisation et la personnalisation des parcours d’achat et de la relation client.

 

 

Quand l’espace, le temps et l’information ne font plus qu’un

On estime aujourd’hui à 56 % le pourcentage de collaborateurs effectivement « mobiles ». Ils devraient être 65 % d’ici deux ans alors que les environnements de travail, dits mobiles, atteindront 70 % à l’horizon 2022 (source : IDC). L’investissement des technologies qui en découle est considérable, poussé par une convergence inexorable, entre des technologies qui ne cessent d’avancer et des interconnections dont il est difficile de mesurer la portée. Géolocalisation, réalité augmentée, objets connectés… L’espace efface progressivement les frontières entre le virtuel et le réel, le local et le global, l’immédiat et l’intemporel, l’homme et la machine.

Recevez par mail les articles et actualités AuCoeurdesMétiersJe m'inscris à la newsletter
preloader