L’impact du bien-être sur la productivité n’est plus à démontrer. Les entreprises l’ont compris : un salarié heureux est un collaborateur engagé si toutefois il bénéficie d’un environnement de travail capable de concilier flexibilité, équilibre et autonomie. Il y va de l’accomplissement de soi, de la cohésion d’équipe et d’une performance durable.

 

Une exigence forte et unanime

L’environnement incertain et changeant a introduit la notion d’épanouissement professionnel dans le vocable des entreprises, tous secteurs et tous métiers confondus. Ce qui est devenu un élément clé de politiques RH se poserait même aujourd’hui en choix de société. Du bien-être du collaborateur à son « bonheur », il n’y a qu’un pas que certaines entreprises ont déjà franchi en allant jusqu’à nommer un « Chief Happiness Officer » selon le principe établi qu’un salarié heureux est impliqué, proactif et donc épanoui. Il faut dire que l’exigence en la matière est forte et unanime, au-delà des « digital natives » qui sont particulièrement attachés à leur équilibre de vie. Selon IDC, plus de 90% des salariés considèrent cet équilibre comme primordial.

 

La culture numérique, catalyseur du bien-être

La flexibilité figure parmi les trois principaux leviers du bien-être en entreprise, au même titre que la quête de sens et l’intelligence collective (¹). Pour y répondre, l’entreprise dispose d’une multitude de leviers complémentaires, portés par une digitalisation des pratiques qui encourage des modes de travail plus agiles et une culture plus responsabilisante. Elle crée un cadre propice à l’autonomie, vecteur de bien-être et d’épanouissement qui place par ailleurs le salarié au cœur de la transformation digitale.

 

Les moyens et a créativité ne manquent pas même si pour 2/3 des collaborateurs l’entreprise n’en fait pas assez en matière de flexibilité. Les dispositifs sont pourtant en voie de déploiement, au service d’un espace de travail toujours plus ergonomique et d’une plus grande productivité selon le fameux concept “ATAWAD” (“Any time, anywhere, any devices”) qui permet aux collaborateurs de se connecter à tout moment, quel que soit le lieu et le support. Sans parler des nouvelles opportunités de collaboration ou encore des outils, comme le e-learning, qui sont mis au profit de la formation continue.

 

Fluidité, ouverture, équilibre : le nouveau trépied du bien-être ? Oui, si toutefois le poste de travail, et les solutions professionnelles qui vont avec, se nourrissent des outils du quotidien et « dialoguent » dans une approche omnicanale et unifiée. Oui, si la technologie reste bien au service du collaborateur qui demeure le premier utilisateur d’IT et… le maître de son bien-être.

 

(¹) Etude Ifop (mai 2017)

Recevez par mail les articles et actualités AuCoeurdesMétiersJe m'inscris à la newsletter
preloader