Beaucoup les opposent. Et pourtant, le print et le numérique sont non seulement totalement complémentaires, mais s’appuient en plus l’un sur l’autre pour offrir aux utilisateurs l’expérience qu’ils attendent de la gestion de l’information. Le tout à base de services managés autour des imprimantes en elles-mêmes.

Vecteur de croissance, le digital n’a pas tué le print

C’est indéniable, le numérique, dont la place est de plus en plus prégnante dans la sphère professionnelle comme privée, transforme profondément les habitudes. L’usage des technologies digitales, notamment par les capacités d’échanges et de performances qu’elle offre, permet de créer un cercle vertueux et d’assurer une meilleure maîtrise des coûts dans l’entreprise.

Une récente étude IDC, intitulée Du print au digital : comment trouver le bon équilibre entre coûts et efficacité ?, confirme en effet que prendre le virage du numérique générerait une croissance de 40 % pour l’entreprise. Tandis que choisir le statu quo en matière digitale ne serait pas neutre, mais pourrait être à l’origine d’un ralentissement de l’activité jusqu’à 20 %. Autant dire que se digitaliser est une véritable question de survie pour les entreprises, quels que soient leur taille, leur secteur d’activité ou géographique.

En parallèle, et aussi étonnant que cela puisse paraître dans la mouvance numérique, l’impression, autrement appelée la matérialisation des informations digitales, se maintient en croissance. Un mécanisme à première vue contradictoire donc, et qui tire son impulsion de nombreux éléments. Des plus évidents, tels que l’obligation légale de conserver certaines archives au format papier, aux plus surprenants, comme le développement du télétravail ou encore, et de façon paradoxale, la taille limitée des écrans (PC ultra-portables, tablettes et smartphones).

Print : des coûts mieux maîtrisés

CTA_SCC-brotherS’il est nécessaire d’être encore plus clair : l’objectif « Zéro papier » ressemble donc de plus en plus à un leurre. Et n’a pas forcément de sens : au même titre que les supports digitaux, la matérialisation au format papier fait vivre l’information (qui n’a de valeur que si elle est partagée) et participe à la sécurisation des contenus. Et ce n’est pas une question générationnelle, au contraire : les Digital Natives (ou la fameuse génération Y) admettent en effet imprimer 7,96 pages en moyenne par semaine, contre 4,38 pour les générations précédentes.

Pour autant, une quantité qui ne baisse pas ne signifie pas qu’il n’y a pas d’évolution. Depuis quelques années, les entreprises cherchent au contraire à réduire leurs coûts d’impression. Pour répondre à cette contrainte budgétaire, tout en offrant le confort que représente la possibilité d’imprimer quand cela est nécessaire, elles peuvent désormais compter sur des offres permettant l’optimisation des parcs d’impression.

À partir d’une politique d’impression optimisée, une entreprise est alors en mesure d’apporter aux utilisateurs un niveau de fonctionnalités adapté, dans un cadre budgétaire parfaitement maîtrisé.

Vers l’impression en mode services

Loin d’être contradictoires, numérique et impression semblent donc parfaitement complémentaires. Le premier parce qu’aussi puissant soit-il, il n’arrivera pas à supplanter le second, qui trouve toujours son utilité. Tandis qu’à l’inverse, l’impression s’appuie justement sur le digital pour optimiser sa gestion, ses coûts et ses usages. C’est donc peut-être paradoxal, mais l’impression semble donc vivre elle aussi sa révolution numérique !

Car au-delà des machines elles-mêmes et de la couche logicielle permettant une gestion affinée des impressions, c’est toute une économie de services managés qui est train de voir le jour et de se développer, à tous les niveaux : gestion des consommables, maintenance/entretien, etc. En bref, le marché suit la tendance générale de l’économie, dite « de l’abonnement », qui s’attache désormais plus à l’usage qu’à l’appareil en lui-même.

Tandis qu’à sa façon, la maîtrise des coûts d’impression participe aussi à la transformation numérique de l’entreprise : le budget ainsi dégagé pouvant être injecté dans les innovations digitales de demain !

KICK OFF SCC

Du Print au Digital: comment trouver le bon équilibre
entre coûts et efficacité
Participez à l’atelier du 7 juin 2017 
à 10h00

Recevez par mail les articles et actualités AuCoeurdesMétiersJe m'inscris à la newsletter
preloader