D’ici 2020, 80 % des entreprises auront digitalisé leur chaîne de valeur avec à la clé, une hausse de productivité de 18 % (1). Quant aux bénéfices du big data, et de l’intelligence artificielle au sens large, ils ont un impact direct sur l’évolution des méthodes de production et l’amélioration des process industriels. Mieux, ils sont directement visibles dans les indicateurs de performance.

 

Un gisement de données à exploiter

L’usine du futur est avant tout une usine connectée, bâtie autour d’un ensemble de briques technologiques qui permettent l’interaction des machines et des systèmes de production : capteurs, Internet des Objets, robots, logiciels, fabrication additive… Le gisement de données stockées est considérable et les gains attendus sont tout aussi importants. L’un des principaux enjeux réside dans le volume des informations à traiter et dans leur exploitation par les sites industriels pour produire avec moins de pertes, moins de pannes et plus de qualité.

Le big data, et la prise de décision qu’il induit, est un levier de productivité pour les usines au même titre que la robotisation, la simulation et la cybersécurité. Les machines et les produits manufacturés concentrent une multitude de capteurs qui renferment une mine d’informations. Une fois traitées et analysées, les données sont capables d’optimiser les processus de fabrication et de réduire la facture énergétique d’une usine… pour in fine accroître sa rentabilité.

 

Produire de l’intelligence

L’exploitation du big data suppose de corréler les données pour les analyser et les consolider. Car si elles sont porteuses de précieuses informations, elles ne sauront produire de l’intelligence qu’une fois mises bout-à-bout. Cette interconnexion des hommes, des systèmes et des objets est une petite révolution au sein de l’usine dont l’organisation est historiquement verticalisée, statique et segmentée. Seulement 10% des entreprises françaises ont déjà mis en production plusieurs usages issus de l’intelligence artificielle dans l’usine (2). Pour autant, les investissements liés au big data devraient augmenter de près de 12% par an jusqu’en 2022 dans les secteurs de l’industrie manufacturière, mais aussi de la banque et des services professionnels (3).

 

La maintenance prédictive au service de la productivité

Reste encore à démontrer les opportunités concrètes offertes par le big data. Car l’utilisation des données collectées en temps réel permettra d’intégrer demain de nouveaux paramètres dans la conception, la production et dans une démarche d’amélioration continue. Par exemple, le croisement des données recueillies sur les machines tout au long de la fabrication servira non seulement à analyser les facteurs qui affectent la qualité d’une pièce, mais aussi à détecter et à corriger ses défauts avant toute production en série. C’est là toute la valeur de la maintenance prédictive qui capte les signaux faibles sur les machines et tire parti de l’analyse des données remontées. Loin du concept, elle donne les moyens concrets aux industriels de mesurer la disponibilité et la performance de leur outil de production, et de protéger les sites dont la sécurité repose sur l’anticipation des risques.

 

(1) Source :  « Industry 4.0 – Opportunities and Challenges of the Industrial Internet », PwC (2015)

(2) Source : « AI in the Factory of the Future », BCG (2018)

(3) Source : IDC

Recevez par mail les articles et actualités AuCoeurdesMétiersJe m'inscris à la newsletter
preloader