La préservation de l’environnement est un enjeu mondial, qui se décline aussi (surtout ?) à l’échelle locale. Les agglomérations françaises sont nombreuses aujourd’hui à prendre le problème à bras le corps, et les initiatives de « Smart City » en faveur d’une consommation énergétique plus responsable et plus durable se multiplient. Zoom sur quelques projets remarquables.

 

—————————————————————————————————————————

A l’heure où les questions de l’environnement et du mieux-vivre ensemble agitent le monde, nous vous proposons de nous attarder sur ce que signifie, aujourd’hui en France, le concept de Smart City. Les villes françaises sont-elles intelligentes ? Quelles sont les initiatives menées en France en faveur d’une ville durable ? Comment nos espaces urbains se préparent-ils aux défis environnementaux, économiques et sociaux du futur ?

 

Après avoir dressé un état des lieux général des Smart City « à la française », nous nous penchons aujourd’hui sur la promotion des énergies renouvelables et des dispositifs de performances énergétiques qui mobilisent un nombre croissant d’agglomérations françaises.

 

Puis nous verrons, dans un troisième volet, comment le développement d’une offre de services numériques à destination des usagers permet d’améliorer la qualité de vie et la cohabitation au quotidien au sein de nos villes.

—————————————————————————————————————————

 

Selon l’Organisation météorologique mondiale (OMM), l’année 2016 aura battu tous les records de chaleur, avec une température moyenne terrestre 1,2 C° au-dessus de la moyenne préindustrielle. La question du réchauffement climatique, et plus généralement de la préservation de l’environnement, est au cœur de tous les débats à l’échelle internationale. En France, comme d’autres pays industrialisés, les pouvoirs publics se mobilisent pour initier des transformations durables dans la gestion énergétique. C’est particulièrement vrai à l’échelle locale : les villes françaises sont de plus en plus nombreuses à développer des dispositifs d’optimisation de leur consommation d’énergie, afin de limiter les impacts environnementaux de l’urbanisation galopante.

 

Smart City Françaises : Vers une consommation électrique intelligente

 

Petite mais résolument avant-gardiste, Chartres a été l’une des premières villes en France à se tourner vers l’éclairage intelligent. Un dispositif de smart lighting permet ainsi, grâce à une vingtaine de luminaires intelligents dotés de capteurs thermiques, d’adapter en permanence la luminosité en fonction de la présence ou non de véhicules ou de piétons sur la voirie. Résultats : des économies de l’ordre de 30% sur un poste qui représente jusqu’à 40% de la consommation d’électricité de la ville.

 

De quoi séduire de plus en plus d’agglomérations. A Toulouse, un dispositif similaire permet d’économiser de 60 à 80% d’énergie sur chacune des quelque 500 unités déployées. A Nantes, la télégestion de l’éclairage public a permis de diminuer de plus d’un tiers la consommation d’électricité du réseau.

 

En matière d’optimisation énergétique, le déploiement des compteurs communicants Linky a également constitué une avancée significative. Présenté comme le rouage principal de la transition énergétique en France, ce compteur connecté permet, grâce à un suivi en temps réel des consommations, d’adapter et d’optimiser la gestion du réseau électrique. Selon Enedis (anciennement EDRF), 2,7 millions de compteurs ont d’ores et déjà été installés en France. D’ici fin 2017, ils seraient près de 7 millions à être raccordés au réseau.

 

Le boom des éco-quartiers

 

La performance énergétique des villes passe également par le développement croissant des éco-quartiers, conçus et construits pour être à la pointe de l’écologie. Issy-les-Moulineaux, en région parisienne, compte aujourd’hui deux éco-quartiers majeurs. Labellisés BBC (Bâtiments Basse Consommation), leurs constructions consomment cinq fois moins d’énergie que la moyenne nationale, en utilisant notamment la géothermie pour le chauffage. La ville a également installé 500m2 de panneaux photovoltaïques qui permettent de produire et de redistribuer l’électricité en fonction de la fluctuation des besoins.

 

A Lyon, le nouveau quartier Confluence a vu naître le premier ensemble à énergie positive d’Europe. Les bâtiments qui le constituent, allient ainsi à la fois performance énergétique de l’architecture, production d’énergies renouvelables et fonctionnement en réseau, ce qui leur permet de produire plus d’énergie qu’ils n’en consomment.

 

Non loin de là, à Clermont-Ferrand, l’éco-quartier de Trémonteix se base sur la création de logements bioclimatiques BBC et d’unités passives. Reconnu parmi les sept “éco-quartiers remarquables” français par le Ministère du Développement Durable, il vise à combiner performance énergétique et durabilité des infrastructures.

 

Si ces initiatives ne sont que quelques-unes parmi bien d’autres, elles mettent en exergue le fait que nombre de villes françaises, toutes tailles confondues, ont bel et bien entamé leur transition énergétique. Ces Smart Cities ont su saisir les opportunités technologiques pour développer des projets innovants, visant à réduire leur empreinte carbone de manière significative. Encore faut-il que l’écosystème des villes et leurs infrastructures techniques soient à la hauteur des progrès espérés.

Partagez cet articleShare on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn17Email this to someone