Pendant longtemps et jusqu’à récemment, nombreux étaient les aéroports à être confrontés à une gestion des services IT hétérogène et des besoins différents en fonction des métiers. En effet, l’essentiel pour ces organisations est d’avoir une bonne visibilité de chacun des composants de l’infrastructure et des environnements, ainsi qu’une bonne connaissance du comportement des voyageurs.

Rationalisation des opérations avec des solutions de gestion des services IT

Lorsque l’IT est conçue pour fonctionner dans des environnements différents, il est très difficile d’obtenir une bonne visibilité sur l’ensemble de l’infrastructure. En effet, les outils, les objectifs et les équipes sont séparés ce qui limite le partage des données sur l’ensemble de l’environnement y compris sur le réseau, les bases de données, les serveurs, les datacenters… alors que si tous ces éléments bénéficient d’une gestion globale, cela représente d’énormes avantages surtout en ce qui concerne l’analyse d’impact des changements.

C’est le cas pour bon nombre d’aéroports qui sont gérés par des fournisseurs différents alors qu’ils se situent dans une même région et desservent différentes destinations. Deux solutions s’offrent donc à ses aéroports : choisir un seul contrat d’externalisation ou alors internaliser totalement l’ITSM. Mais dans les deux cas, une initiative informatique permettrait d’améliorer l’efficacité et la qualité des services, en renforçant différents systèmes opérationnels et financiers déjà existants.

Ce type de changement engrange une profonde transformation au sein de ces organisations en mettant en œuvre des moyens pour répondre au mieux à un environnement réglementaire très complexe et contraignant.

Exploiter le potentiel du numérique : Applications, IoT, réalité augmentée

En plus d’une gestion plus efficiente des services IT, les nouvelles technologies ont de nombreux avantages pour les exploitants d’aéroports. En effet, s’ils s’en servent pour améliorer l’expérience client, les temps d’attente pourront être plus précis, la sécurité optimisée, la propreté améliorée… et bien d’autres avantages.

Ainsi, les exploitants investissent de plus en plus dans l’IoT et notamment dans les capteurs et les réseaux. Les déplacements des voyageurs peuvent être suivis grâce à des capteurs qui se connectent à leurs smartphones. Ces capteurs ne collectent aucune donnée personnelle, uniquement l’ID de l’appareil pour tracer les itinéraires des voyageurs avec précision. Les responsables de planification bénéficient donc d’indicateurs en temps réel qui permettent une adaptation des équipes au filtre de sécurité.

Par conséquent, des services pourront également être développés pour la prise en charge des bagages de porte à porte, avec l’hypothèse qu’ils soient transportés par d’autres compagnies. Avec les techniques de traçabilité, les compagnies seront capables de déterminer où se trouve chaque bagage à tout moment.

Côté sécurité, la biométrie sera également omniprésente. Une nouvelle génération de systèmes permet un contrôle très rapide, à la volée, sans même avoir à poser la main sur l’écran, avec notamment l’utilisation des trois systèmes : reconnaissance de l’iris, des empreintes digitales et du visage. Ces systèmes de la dépose de bagage à l’accès à la zone sécurisée, à l’embarquement et à l’immigration, vont ainsi utiliser la reconnaissance faciale.

Rapidité, flexibilité, économies… des bénéfices indéniables

En accélérant les procédures de sécurité, les voyageurs devraient avoir plus de temps pour consommer. L’objectif de chaque aéroport étant qu’un passager débute ses vacances dès son arrivée à l’aéroport en ayant recours à des services en tout genre : spa, boutiques, gastronomie, services en tout genre… pour qu’ils deviennent presque une destination en soi.

De plus, les compagnies n’arrêteront les pressions visant à faire baisser les frais aéroportuaires, ce qui fait de ces revenus annexes une nécessité.

Une autre priorité pour les aéroports doit également être le bien être des passagers business qui devront être pré-enregistrés et pour lesquels seront facilitées toutes les procédures avec une utilisation accrue de la biométrie et des portes dédiées. Il devrait ainsi pouvoir arriver à l’aéroport et pouvoir embarquer en dix minutes, montre en main.

Un objectif stratégique pour les compagnies, le TGV étant, en Europe, moins stressant, les passagers le jugeant plus pratique et moins polluant. Une concurrence indéniable pour les compagnies aériennes.

Partagez cet articleShare on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn1Email this to someone
Recevez par mail les articles et actualités AuCoeurdesMétiersJe m'inscris à la newsletter