Selon une récente étude PWC, 83 % des employés déclarent être encouragés à être créatifs au travail. 40 % d’entre eux ont également le sentiment que la culture de leur entreprise encourage la créativité. C’est un taux très honorable étant donné le challenge. La muse est connue pour se montrer capricieuse. Au demeurant, les entreprises souhaitant aller plus loin pourront opter pour une approche centrée sur l’individu, et étudier quelques aspects fondamentaux sur lesquels agir pour contribuer à faire émerger cette fameuse créativité. 

Repousser les espaces de travail

La créativité ne naît que sur un terreau fertile. A ce titre, un cadre trop rigide, une organisation trop hiérarchisée, un processus décisionnel lent et complexe sont par nature des fossoyeurs de créativité. C’est bien pourquoi l’on parle si souvent d’un esprit startup à insuffler. Attention toutefois. Ce ne doit être que pour en retenir le meilleur. Car si les jeunes pousses ont beaucoup à transmettre, elles sont également soumises à de fortes pressions financières et n’offrent pas toujours la sérénité et l’assise d’une PME bien installée ou d’une grande entreprise. Ces dernières, en revanche, commencent à explorer de nouvelles organisations et espaces de travail pour retrouver l’agilité qui peut leur manquer. Entrent alors en jeu de nouveaux espaces de discussion et de co-construction. On s’y déplace, on se lève, on marche, on discute dans un environnement qui a su faire tomber les murs des bureaux traditionnels. Ces espaces cherchent à mieux concevoir le bien-être, à améliorer les relations, voire à se rapprocher dans son design du cadre privé. L’architecture intérieure devient le reflet des aspirations, pour plus d’esthétisme, et certainement de liberté d’action. Au point que l’espace de travail n’a plus besoin d’être véritablement défini. La mobilité, le télétravail, en sont quelques exemples typiques.

L’expérience utilisateur reine

Et c’est dans cette évolution douce des cadres de travail que les technologies s’intègrent avec le plus de fluidité. Alors qu’elles n’ont jamais été aussi performantes, elles savent aussi se faire de plus en plus discrètes, pour ne pas freiner l’élan d’innovation qui peut avoir lieu dans ces nombreux nouveaux espaces.

De nouveaux devices sont nativement conçus pour les réunions. Ils deviennent alors le carrefour d’idées et de débats, sans jamais que les technologies n’interfèrent dans le processus créatif. Les constructeurs l’ont compris et ont abouti à du matériel qui sait être silencieux et au service plein et entier de ses utilisateurs. Puissance, grande autonomie, démarrage rapide, faible encombrement,

qualité d’affichage, les nouvelles solutions savent maintenant répondre aux besoins des métiers les plus divers en s’adaptant à leur spécificité de la manière la plus naturelle qui soit.

Les créateurs et artisans d’art allient les nouvelles technologies et les gestes traditionnels grâce au tactile d’une grande précision. Les forces de vente en déplacement abandonnent définitivement le face-à-face, au profit d’une offre élaborée quasi conjointement, en temps réel, chez le client. Les acteurs du soin et de la santé exploitent la réalité virtuelle pour concevoir des produits spécifiques, les enseignants développent leur trousse à méthodes …

S’il n’est qu’une chose qui reste délicate à concevoir, c’est bien le nombre de nouveaux usages et façons de concevoir que ces modern devices & workspace feront émerger demain. Parce que l’entreprise a su faire de la place à l’intelligence collective, la graine de la créativité peut maintenant germer.

Modernité et continuité

L’entreprise innovante a très certainement un rôle majeur à jouer dans l’expression de la créativité de ses collaborateurs. Et parallèlement, eux-mêmes apprécient et notent l’effort d’investissement consenti pour améliorer leurs conditions de travail et l’entendent comme une reconnaissance de leurs activités et de leurs talents.

Reste que, s’ils apprécient des appareils modernes, avec lesquels leurs méthodes de travail évoluent, ils restent également attachés à un univers relativement connu. Il faut en effet veiller à ce que la transformation numérique engagée ne soit pas une source d’inquiétude. C’est pourquoi il est toujours préférable de se tourner vers des systèmes d’exploitation capables d’accueillir les applications métiers auxquelles les salariés sont habitués.

Dit autrement, il y aura des arbitrages à opérer. Une vague de transformation trop importante pourra avoir un effet inverse à celui attendu. Si l’entreprise opte pour la modernité à travers ses devices, elle prendra soin de conserver un environnement familier. Au demeurant, rien n’empêche d’entamer dès maintenant une vraie sensibilisation et des formations sur de nouveaux usages, qui ajouteront au succès de futurs projets.

Partagez cet articleShare on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn2Email this to someone
Recevez par mail les articles et actualités AuCoeurdesMétiersJe m'inscris à la newsletter