Parmi les entreprises utilisant des solutions SaaS, 26% exploitent des applications de finances et de comptabilité. Et vous ?

Selon une étude Saugatuck publiée en décembre 2014, 50% des systèmes de gestion financière actuels seraient des cibles potentielles de remplacement. Et pour cause : souvent fragmentés et vieillissants, ces systèmes – des dires mêmes de ceux qui les utilisent – ne répondent plus de manière satisfaisante aux enjeux comptables et financiers actuels.

Si les solutions en SaaS (Sofware as a Service) suscitent de plus en plus l’intérêt des DAF, elles ne parviennent toutefois pas à s’affranchir d’un certain nombre d’idées reçues, qui constituent encore un frein à leur adoption. Les bénéfices du Cloud pour la DAF sont pourtant nombreux. Petit tour d’horizon…

1) Réduction des coûts

Une solution en SaaS épargne à la DAF (et à la DSI) les investissements souvent lourds liés à une gestion interne des systèmes informatiques (acquisition de serveurs, coûts de maintenance, entretiens des locaux, etc.). Elle permet ainsi de préserver sa capacité d’investissement en transformant les frais d’investissement (CapEx) en coûts de fonctionnement (OpEx).

2) Maîtrise des coûts

Grâce à son modèle de paiement à l’usage, sous la forme d’un abonnement mensuel, les coûts inhérents aux SaaS sont facilement prédictibles. Cette visibilité accrue permet à la DAF de mieux maîtriser ses dépenses informatiques en planifiant de manière plus précise les budgets qu’elle y alloue.

3) Garantie de conformité légale et réglementaire

Chaque évolution légale fait l’objet d’une mise à jour des applications par l’éditeur lui-même, de manière transparente pour l’utilisateur. La DAF est ainsi assurée d’être systématiquement en conformité avec les dernières règlementations auxquelles elle est soumise.

4) Sécurité des données

Contrairement aux idées reçues, les données sont extrêmement bien protégées dans le Cloud. Sécurité physique des datacenters, sauvegardes automatiques, chiffrement : les fournisseurs de solutions en SaaS assurent un degré de sécurité maximal, réduisant à minima les risques d’infractions.

5) Continuité de service

Afin d’éviter tout crash d’une application financière, a fortiori en pleine clôture, les prestataires de solutions en SaaS offrent des garanties en termes de disponibilité, par le biais de SLA.

6) Accessibilité

Une application en SaaS est accessible via un navigateur web, partout et à tout moment. Ce qui permet de simplifier et de sécuriser un certain nombre de processus. Par exemple, la gestion des notes de frais, dont les données sont saisies par les collaborateurs, non plus sur un tableur, mais directement sur une interface web.

7) Interopérabilité avec les systèmes existants

ERP comptable, application bancaire, applications fournisseurs… : l’interopérabilité des solutions en SaaS avec d’autres systèmes facilite la communication et les échanges de données entre la DAF et ses différents partenaires, internes comme externes.

8) Flexibilité et scalabilité

En cas d’évolution de l’activité ou de l’organisation de la DAF, les solutions en SaaS peuvent rapidement s’adapter. On peut ainsi facilement ajouter ou supprimer des éléments (utilisateurs, sites, domaines de gestion, etc.) en fonction des besoins.

9) Gains en réactivité et en productivité

Grâce à un déploiement accéléré, un support dédié, une interopérabilité des systèmes et une automatisation accrue des processus qui permet de fluidifier l’échange de données, les solutions en SaaS permettent à la DAF de gagner en réactivité et en efficacité.

10) Meilleure satisfaction des collaborateurs et des partenaires

Tout ceci mis bout à bout, les solutions en SaaS apportent finalement à la DAF une plus grande fiabilité, en réduisant considérablement les risques d’erreurs opérationnelles. C’est donc l’ensemble de la chaîne de valeur financière et de ses parties prenantes qui y trouvent son compte.

Finalement, ne reste qu’à trouver le bon prestataire, celui capable de fournir une solution SaaS sur mesure, adaptée aux besoins et aux problématiques propres à la DAF.

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Recevez par mail les articles et actualités AuCoeurdesMétiersJe m'inscris à la newsletter
preloader