Travaillez-vous dans le flow ? Vivez-vous, régulièrement, voire de manière quotidienne, une expérience parfaite de concentration et de bien-être au travail ? Si l’état de flow dépend de nombreux paramètres liés à l’environnement et à l’individu, la place prééminente des technologies au travail doit être prise en compte et conçue comme vecteur de flow quand elles sont vraiment adaptées aux besoins des collaborateurs.

 

La théorisation du flow au travail

Qu’est-ce que le flow ? Théorisé dès 1975, le flow est un concept qui décrit une expérience optimale et un état psychologique de bien-être, permettant d’atteindre de bonnes voire d’excellentes performances. Aujourd’hui, le flow est abordé en entreprise, où la question du bien-être au travail représente un enjeu déterminant pour la réussite des collaborateurs dans la conduite de leurs activités. Et par extension naturellement, pour la croissance de l’entreprise sur un marché donné.

En 1975, artistes et sportifs décrivaient l’état de flow comme une bulle dans laquelle ils évoluaient, ressentant un plaisir particulier à exercer leurs talents dans des conditions faisant appel à leurs capacités. Les sportifs notamment décrivaient leur expérience en mentionnant une pleine concentration, une perception claire de l’objectif à atteindre, des interactions positives, un environnement agréable, un sentiment de cohérence.

En 2019, la transformation des espaces de travail, le morcellement des tâches, la spécialisation des activités ne contribuent pas nécessairement à la permanence de l’état de bien-être au travail, d’autant que les attentes se sont nettement diversifiées avec la cohabitation de générations marquées par les nouvelles technologies, les unes plus ou moins en rupture, les autres y étant très favorables et en demande.

La profonde mutation des conditions de travail ajoutée au schéma général, la question soulève et interroge une multiplicité de problématiques, à commencer par l’adoption de nouveaux critères de recrutement, de nouvelles méthodes managériales, la mise en application de certaines valeurs sociétales et la prise en compte des attentes des individus. Elle peut et doit également être traitée sous l’angle technologique compte tenu de la prééminence de ce dernier au sein de l’environnement de travail.

 

La transformation des entreprises et l’expérience optimale

Avec un prix au m² flambant dans les capitales et les grandes villes d’Europe, mais également sous l’influence des textes réglementaires et des ordonnances favorisant le télé-travail, les entreprises multiplient les initiatives d’openspaceet de flex office. Dans le même temps, elles engagent toutes leur transformation numérique, cherchent plus de flexibilité sur leurs budgets informatiques globaux et à améliorer l’efficacité de leur IT en optant pour des solutions cloud. Cette transformation massive impacte les processus métiers comme l’IT, profondément.

Pour provoquer et maintenir un état de flow au travail, l’on peut à la fois appliquer des stratégies (par exemple permettre à chaque individu de mieux se concentrer, rendre les tâches plus cohérentes, moins morcelées, renouveler les feedbacks) et surveiller un certain nombre de déterminants psychologiques favorables aux individus et aux groupes. Entre autres items se trouve le sentiment d’efficacité personnelle et collective.

Or ce sentiment s’érode dans de nombreux aspects au travail, notamment de bureau, et apparaît intimement lié à l’usage de technologies aujourd’hui vieillissantes ou bien mal adaptées aux nouvelles stratégies mises en œuvre et aux nouvelles conditions de travail.

Face à ces exigences, quelle réponse donnent les technologies afin de participer à l’expérience optimale et à l’état de flow ? Chez Microsoft et ses partenaires de longue date, Jabra, le spécialiste des casques, écouteurs sans fil et enceintes et Citrix, l’expert de la virtualisation et de la mise en réseau, la formule est posée en ces termes : « Les nouveaux usages en entreprise ont précédé les moyens. Les individus doivent maintenant disposer des outils et des technologies qui n’interfèrent pas avec leur travail mais au contraire favorisent au maximum cette bulle de concentration et de bien-être si propice à l’expérience optimale » ainsi que le décrit Rodolphe Pin, Senior Partner Development Manager chez Microsoft.

Les technologies au service du flow

Le travail n’est plus un lieu mais une somme d’actions

La boite mail qui déborde est très caractéristique des technologies aujourd’hui inadaptées aux besoins de travail collectif, en projet, dans un environnement décloisonné. Les mails sont trop peu contextualisés, dissociés des projets auxquels ils réfèrent et manquent d’interactivité et de suivi. Successeur de Skype for business, le hub de collaboration Microsoft Teams repose sur le principe d’une technologie favorisant le travail d’équipe, l’autonomie, le feedback, le sentiment d’appartenance et l’efficacité personnelle.

L’équipe se rassemble dorénavant autour d’une même page, des conversations de groupe, des réunions en ligne, des appels et des conférences web. Elle collabore au travers de l’ensemble des briques office 365, personnalise son espace de travail Teams en y ajoutant des applications Microsoft et des services tiers, ceci dans un cloud protégé, conservant l’historique des conversations et des fichiers partagés.

« La réunion peut s’arrêter, elle se poursuivra au besoin par tchat et au travers du contenu que chacun, où qu’il soit, ajoutera sur une plateforme commune, dédié à un projet partagé. Il n’y a plus de frontière au travail d’équipe. » explique Rodolphe Pin.

 

Un écosystème d’équipements et de solutions

Pour Samuel Chimchirian, Corporate Channel Managerchez GN Netcom A/S Jabra, nous accueillons maintenant l’ère des communications unifiées. Mais « l’openspace n’est pas propice à la concentration et à la productivité, ceci même s’il permet l’émulation et la circulation de l’information. Quel que soit le média de communication utilisé, l’espace décloisonné reste bruyant et dérangeant. »

Il faut donc des produits adaptés, des casques équipés d’un micro offrant l’annulation de bruits ambiants, afin de reproduire l’isolement en bureau individuel, qui sachent également accompagner la grande mobilité des collaborateurs. Un équipement qui peut néanmoins en déstabiliser plus d’un. « Il est nécessaire d’accompagner les équipes dans l’adoption. Chez Jabra, nous associons Microsoft Teams et nos micro-casques de bureaux. Les équipes apprécient le côté prosumer de Teams et la qualité d’écoute des casques ajoute à la satisfaction ».

Une bulle de concentration donc, favorisée en cela par la parfaite compatibilité des solutions entre elles et l’injection d’intelligence artificielle offrant à l’utilisateur un écosystème cohérent d’équipements et de solutions.

 

Les environnements as a service

Rapidité de déploiement, accès à l’environnement de travail, poste et applications, de n’importe où, à tout moment, depuis n’importe quel device, de façon sécurisée, voilà les attendus des entreprises et les réponses à donner aux utilisateurs dans ces nouveaux contextes de travail.

« Déployé sur Azure, Citrix Workspace décloisonne complètement l’environnement de travail. Il suffit de connecter son périphérique, quel qu’il soit, à l’environnement d’entreprise » précisent Stéphanie Roumestant, Partner Account Manager chez Citrix et Maxime Bire, Practice Leader Microsoft chez SCC.

La virtualisation de l’environnement de travail, puis sa migration en mode cloud, est un axe majeur de consolidation, de sécurisation et de réduction des coûts du SI. Le fait de porter ces infrastructures sous-jacentes sous Azure apporte toute la flexibilité recherchée, avec une consommation à la demande, tout en s’affranchissant du déploiement d’infrastructures complexes, lourdes à maintenir et à faire évoluer. L’environnement devient à son tour à la demande, managé totalement ou partiellement par son fournisseur de cloud.

Faciliter la vie de la DSI, en lui proposant la mise à disposition d’un environnement utilisateur de manière plus agile et plus adaptée, un déploiement facilité, des mises à jour automatiques, une configuration simplifiée des périphériques, c’est aussi participer à libérer les équipes de contingences qui peuvent ne pas toujours se montrer stimulantes. Parce que l’état de flow est aussi particulièrement ressenti quand les compétences sont challengées, c’est l’occasion pour les équipes IT de déployer tous leurs talents pour porter l’entreprise vers l’innovation.

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Recevez par mail les articles et actualités AuCoeurdesMétiersJe m'inscris à la newsletter
preloader