Par son expertise technologique et sa capacité à collaborer, la DSI détient les clés de l’efficacité. A l’heure où le SI de l’entreprise devient une plateforme digitale ouverte sur son écosystème, la DSI doit non seulement accompagner la direction générale dans sa montée en compétence (et en agilité), mais aussi fédérer les métiers autour des projets internes et externes. En découle une mission aux responsabilités élargies, force de proposition… et de décision.

 

A nouveau SI, nouveau DSI

La contribution du SI à la stratégie, en amont de la chaîne de valeur, est  un fait acquis. Tout comme l’agilité et la proximité entre le développement et le métier sont aujourd’hui une pratique reconnue. Le rôle de la DSI évolue au rythme des transformations digitales de l’entreprise et des enjeux de l’architecture IT qui la sous-tend.Dans un environnement du « tout connecté » et du « data driven », le SI de l’entreprise devient celui de son écosystème, plus ouvert et dédié à l’adoption d’un business modèle de plateforme digitale.

La réussite du virage numérique dépend de plus en plus de cette contribution de la DSI aux projets internes et externes, ce qui renforce la dimension stratégique de sa fonction et sa légitimité au sein du Comex. C’est d’autant plus vrai dans un contexte où les évolutions technologiques, rapides et successives, supposent une veille et un éclairage permanents. « Mentor » de la DG et prescripteur interne auprès des métiers qu’elle accompagne dans l’appropriation des usages digitaux, la DSI acquiert une nouvelle forme de leadership qui conditionne aujourd’hui sa capacité à soutenir les plans de croissance et à saisir les opportunités de nouveaux marchés.

 

Optimiser la productivité vs réduire les coûts

Orienté business, le budget informatique relève davantage de l’optimisation que de la stricte réduction des coûts. La DSI est en effet de moins en moins perçue comme un centre de coûts mais comme un contributeur direct à la création de valeur. La nécessité de réinvestir dans la croissance et d’assurer le retour sur investissement l’emporte grâce à une discipline continue qui favorise les dépenses et la réduction des coûts tout en maximisant la valeur business. Sans compter que les métiers participent de plus en plus aux dépenses numériques. Selon Gartner, près de la moitié des budgets IT est ainsi financée en dehors des directions IT, avec un quart hors du budget informatique au travers d’une refacturation de la DSI aux métiers. (1)

 

Partie prenante des orientations IT et des résultats

Maîtriser l’agilité, mesurer la performance, inscrire le SI dans une démarche d’amélioration continue, gérer la complexité, prendre des engagements, collaborer avec les métiers et l’écosystème… La DSI voit sa mission et ses responsabilités s’élargir jusqu’à devoir fédérer les poches informatiques autonomes que constitue le Shadow IT, le tout en gardant la mainsur la sécurité et les dépenses de maintenance. Certes, le DSI/CIO n’est plus seul décideur des choix et des orientations IT. Néanmoins, il est plus que jamais àl’initiative des projets, étroitement associé aux résultats et aux bénéfices…tour à tour opérateur, technologue, catalyseur des transformations et stratège pour accompagner l’entreprise sur son marché, dans sa stratégie, ses priorités et ses outils (2).

 

(1) « Les priorités d’aujourd’hui des DSI » – Etude Gartner (mars 2018)

(2) « Les 4 faces du rôle du DSI » – Deloitte (décembre 2017)

Partagez cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Recevez par mail les articles et actualités AuCoeurdesMétiersJe m'inscris à la newsletter
preloader